2010 – Festival Court Bouillon

FESTIVAL-COURT-BOUILLON-01

 

ANIMA a créé son festival de films en 2010, en partenariat avec les associations BOUILLON CUBE et VENUS D’AILLEURS. Le festival a eu lieu dans l’Hérault, à La Grange, à Causse-de-la-Selle. La compétition de cette première édition était réservée aux court-métrages numérique ‘amateurs’, c’est à dire dépourvus des moyens de productions conventionnels, et comportait notamment une soirée en hommage et soutien à Pierre Etaix.

En plus des 3 séances de compétition, il y avait de nombreuses projections de films rares et peu vus.

Le programme détaillé est ici :

FESTIVAL COURT-BOUILLON 01

*

LE JURY

 

OLIVIER SMOLDERS

Né en 1956 à Léopoldville, licence en philologie romane à l’UCL, réalisation film radio télévision à l’INSAS, fondateur des films du Scarabée, producteur, scénariste et réalisateur de films, professeur à l’INSAS et à l’ISV, maître de conférence à l’Université de Liège, fildefériste, pêcheur à la mouche, agnostique dissident, auteur d’essais sur la littérature et le cinéma, membre de l’amicale des zutistes. Olivier Smolders écrit des livres et réalise depuis 1984 des courts-métrages qui ont reçu de nombreux prix à travers le monde (Grand Prix de la compétition Labo au festival de Clermont-Ferrand 2010 pour Petite anatomie de l’image, Prix du Meilleur Documentaire au Festival Media 10/10 de Namur 2008 et nomination aux Césars pour Voyage autour de ma chambre, une quinzaine de prix pour Mort à Vignolles…)
Il réalise en 2005 Nuit noire, son premier long-métrage.

www.smolderscarabee.be

 

CATHERINE POZZO DI BORGO

Spécialiste des problématiques ayant trait au monde du travail, Catherine Pozzo Di Borgo est professeur associée à l’université d’Amiens et documentariste impliquée. L’un de ses premiers films, De l’acier et des hommes, co-réalisé avec Robert Machover, dépeint le quotidien d’une aciérie américaine au bord du dépôt de bilan et de ses ouvriers. En 1991, de retour en France, elle entame un nouveau combat dans Les vaches bleues. Elle y dénonce la condition de mineurs atteints du cancer et défend, à travers leurs témoignages, la reconnaissance de leur maladie comme professionnelle. En 1994, Catherine Pozzo Di Borgo arpente l’hexagone et se joint au curieux voyage des sous-traitants chargés de la maintenance des centrales nucléaires dans son court métrage Arrêt de tranche ou les trimardeurs du nucléaire. En 2009, à travers Les brebis font de la résistance, Catherine Pozzo Di Borgo revient avec un tout autre sujet, le militantisme des paysans du Larzac, et réaffirme ainsi son statut de documentariste tout terrain.

 

REMY LEBOISSETIER

Rémy Leboissetier, dont les conditions d’adhérence au sol furent longtemps jug.es précaires, et qui dut pour cela effectuer de nombreux exercices de maintien dans l’atmosphère, a d’abord travaillé comme ouvrier spatialisé, à la croisée des principaux courants d’air. Côté cour, il anime des formes graphiques et en trace les mouvements ; côté jardin, se présente comme un écrivain drolatique et saturnien, auteur d’une littérature minimale et saisonnière. Il participe à de nombreuses productions de films et séries d’animation et, en 1998, coupant court à de trop longues attentes, Rémy Leboissetier décide de devenir son propre .éditeur et inaugure en premier lieu une collection intitulée « Maximes et Mixtures », destinée à recueillir les plus larges impressions de l’expression brève, en y associant différents artistes. Par la suite, d’autres collections se sont mises en place, formant un cadre d’activités diverses, menées au rythme d’une évolution lente, mais toujours animées par un esprit d’atelier qui vise à préserver la dynamique des rencontres et assurer le croisement des genres.
Il a réalise en 1991 Les songeries de Monsieur Sadi, un court-métrage d’animation sur Erik Satie.

*

LE PALMARES

Grand Prix

Ex-aequo le dyptique LUCIA et LUIS de Joaquin COCINA, Cristobal LEON & Nils ATALLAH
(Chili – 2008 & 2007 – Animation)

N’arrivant à départager 2 films pour le prix du jury, ces derniers ont décidé de créer un prix spécial
pour un premier film, dit « Prix de l’Envol » (en clin d’oeil à son titre).

Prix de l’Envol

L’OISEAU de Samuel YAL
(France – 2009 – Animation)

Prix du Public

Au même titre que le jury, le public n’a pas pu départager les films du dyptique chilien.

Ex-aequo LUCIA et LUIS de Joaquin COCINA, Cristobal LEON & Nils ATALLAH
(Chili – 2008 & 2007 – Animation)

 

[scbutton link= »http://zoanima.fr/zo-festival/2011-festival-court-bouillon/ » variation= »dark_red » size= »small » align= »none »]Festival suivant (2011)[/scbutton]

Défiler vers le haut