Le 1er album d’ALGECOW ! Enfin !!!

« L’appellation évoque un univers en chantier, interzone de friches vipérines, où poussent l’euphorbe vivace et la construction modulaire aux senteurs migratoires et transit saturnien. On sait que l’euphorbe produit du latex, un lait toxique. Algecow serait de même essence, du même grain issu — antidote de la musique aseptisée. Mais c’est aussi ce suc s’écoulant des mamelles de la vache, ou de la semence pulsée du taureau blanc Apis.

Algecow est un produit de ferme industrielle déréglementée désirant farouchement retourner à la vie sauvage, un produit d’hybridation « alchimérique », porteur d’une énergie chamanico-cataleptique. Toujours prêt à la bigarrure, les deux bonshommes, la tête dans le bidon, gardent un air d’enfance « fanfaraonique », extrait à volonté de leur mine de fer aimanté. Off limits. Revenus de l’âge de pierre, ils font tourner leur meule à aiguiser et apportent avec eux le chant d’algue frappée, des accords de croupe délicieusement fouettée, une langue verte qui marie le bon du bond, l’abrupt et le tonitruant. Archaïque autant qu’arcadienne, la musique d’Algecow réveille en nous les bruits de la forêt primordiale : elle a la beauté évidente du veau marin par nature élevé sous la mer, du blues pur coton, mais conjuguant l’apport de matières synthétiques de claviers intempérants et rythmes épicés dépassant allègrement la mesure. Addobbo ! Votre lièvre précieux adoube illico les derviches d’Algecow, Thomas Barrière et Bastien Pelenc, deux fiers chevaliers de la Fable ronde. »
Rémy Leboissetier (aka Le Lièvre Lunaire)

Bastien Pelenc : Chant, claviers de toutes tailles, toy piano, jouets, objets…
Thomas Barrière : Guitare double manche (six cordes/mandoline), grosse caisse, caisse claire, Bidon d’essence, toy piano, jouets, objets…
Gregory Cosenza : Ingé son
Theo Ellsworth : Artwork

Ecoutez un extrait de l’album ICI.

ALGECOW sur Bandcamp.

Acheter le disque.

Défiler vers le haut