Jean-Louis Meunier

bureau_jlmJean-Louis Meunier, docteur ès lettres, dont le sujet de thèse portait sur le dialogue entre les images et les mots, à travers les personnalités de Jean Hugo et Pierre André Benoit, a été directeur de l’École élémentaire de Sauveterre, chargé de mission au Ministère de l’Education nationale et au Rectorat de l’Académie de Montpellier, professeur invité en université (Madrid, Tours). Il a mis en place l’enseignement de « maîtrise de la langue française » et celui de la littérature du XVIIe siècle à l’université Vauban de Nîmes. Depuis 2008, il est membre de l’équipe de publication des œuvres de Rémy de Gourmont, du Centre de Recherche Interdisciplinaire sur les modèles esthétiques et littéraires à l’Université de Reims et du Comité Cocteau (Université Montpellier III et Musée Fabre de Montpellier). Président des Bibliophiles de Nîmes et du Gard, des Rencontres méditerranéennes Albert Camus à Lourmarin, membre fondateur du Musée-Bibliothèque Pierre-André Benoit à Alès, fondateur et responsable de publication des Bulletins et Cahiers Pierre Louÿs et enfin trésorier de l’association Cartelera (cinéma et culture espagnols contemporains). Jean-Louis Meunier a été élu membre résidant (36) de l’Académie de Nîmes en 2012, après en avoir été membre correspondant depuis 1979.

L’Académie de Nîmes a vu le jour en 1682. Elle est l’une des plus anciennes de France, après l’Académie Française créée en 1635, l’Académie de Soissons en 1653, l’Académie d’Arles en 1668.

220px-Pierre_Louÿs,_portrait

Ayant en charge la publication des Bulletins et Cahiers de Pierre Louÿs, nous avons proposé à notre invité Jean-Louis Meunier de nous parler de cet auteur et plus généralement des Curiosas, terme de collectionneur désignant les objets d’arts traitant de la sexualité et de l’érotisme, notamment les publications qui s’épanouirent en fin de XIXe siècle, au temps de la littérature dite « décadente », livres qu’on se procurait « sous le manteau », au « second rayon » des libraires ou qui se trouvaient dans « l’enfer » des bibliothèques…

Défiler vers le haut