ZO CABARET au Périscope

« Vous l’avez compris, chers architectes, c’est à sa demeure, Dieu merci, et non à lui-même, que doivent être rattachés les appareils que l’homme sait inventer. Or ces appareils sont devenus électriques. Concluez. »

— Francis Ponge, Texte sur l’Électricité


ANIMA vous invite à une soirée monstre où il sera question d’électricité et du corps-machine.

 

1ère partie – Conférence de Rémi Sussan Le corps-machine (30 min)

Flirtant depuis longtemps avec l’underground, Rémi Sussan est un journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies. Depuis bientôt 30 ans, il s’intéresse aux retombées sociologiques de l’usage des techniques, ainsi qu’aux mouvements parallèles et alternatifs qui en découlent. Il a écrit de nombreux articles consacrés aux aspects les plus futuristes du domaine (réalité virtuelle, intelligence artificielle..) dans lesquels il s’intéresse à l’impact des technologies et des sciences sur les comportements sociaux et les mouvements idéologiques.

Il est l’auteur de l’ouvrage de référence sur le transhumanisme, Les Utopies posthumaines : Contre-culture, cyberculture, culture du chaos, publié aux éditions Omnisciences.

Pause buffet avec le LoKaL

2nde partie Projection du court métrage Energie! de Thorsten Fleisch (5 min)

suivie de Mary Read & Erzulie Dantor’s Conspiracy qui livreront une interprétation du Texte sur l’électricité de Francis Ponge (45 min)

Ce texte fut à l’origine une commande faite par EDF dans les années cinquante pour vanter les mérites de l’électricité. Il en résulte une conférence directement adressée au lecteur.

En partant de ce thème simple et concret, Ponge esquisse un portrait de la société et du rôle du poète dans celle-ci. Comment réagissons-nous face aux progrès technologiques ? Notre mode de vie ne s’en trouve-t-il pas radicalement modifié ? Le poète ne devrait-il pas, à l’instar des architectes dans les habitations, introduire l’électricité dans le langage ? La toute puissance de l’homme se trouve ainsi confrontée à sa grande fragilité.


++

Le Périscope