IBAÏLINGBA d’Antoine Mocquet

64 films d'Antoine Mocquet

2017-2018

64 x 1 min. 48

15 € (+ frais de port)




64 films d'Antoine Mocquet - 2017-2018 - France - 64 x 1 min. 48

Glanées, chipées, cueillies ici ou là lors de ses voyages et déambulations un peu partout, Antoine Mocquet a emmagasiné quantités d’images qu’il va libérer de leur fonction narrative et du souci d’utilité, allant jusqu’à privilégier le déchet et le rebut. Fortement influencé par la pensée orientale (il s’intéresse aux médecines chinoises et japonaises, pratique le shiatsu), il utilise le Yi-Jing pour choisir les plans qu’il devra monter. Les moments de la vie quotidienne saisis par l’œil de sa caméra sont des bourgeons de printemps qu’il a laissé germer dans ses archives et va faire éclore sa table de montage pour les laisser s’épanouir dans la mémoire du spectateur. Le cinéma envisagé un peu comme un art floral.

La vie s’écoule par tous les pores de cette série de 64 miniatures filmiques fragiles et précieuses, dans laquelle sont favorisées les associations d’idées, les collisions façon collagistes, la liberté d’interprétations face à la tyrannie du sens, privilégiant les sens, les liens (dans le sens de Giordano Bruno). Un cinéma de poésie plutôt qu’un cinéma de prose.

Ibaïlingba, c’est un peu comme si Jonas Mekas avait travaillé avec les outils de John Cage pour accoucher de haïkus visuels. Antoine Mocquet est une sorte de Bashō du cinéma.


41。旅 。Le voyageur se disperse dans d'insignifiantes vétilles

4。訟 。Mais on ne peut l'emporter

Défiler vers le haut